j'essaie. J'y arrive po trop, mais j'essaie...
09 novembre 2009

Captain Jack. Suite 5.

Donner la barre à qui la mérite. Surtout pas moi. Capitaine sans courage, je ne suis pas digne d'amener ce vaisseau à sa fin... Mes errances mille fois rebattues par les eaux des tempêtes ne trompent plus personne. J'ai perdu ma boussole.J'ai perdu la foi. Mon coeur s'est brisé en mille lames de glace. Elles ont entaillé mon amour, elles ont transpercé ma peau, elles ont détruit mon honneur. Fût un temps j'ai chanté, j'ai ri, j'ai vécu la joie et le bonheur. Ce temps n'est plus. Ce temps est révolu. Je ne suis plus qu'un... [Lire la suite]
Posté par Tatooa à 08:16 - - Commentaires [7] - Permalien [#]

27 octobre 2009

Captain Jack. Suite 4.

(Ceci est une suite, comme je l'ai dit précédemment. Pour lire les 3 premiers posts du "Captain Jack", aller dans "plumitif-essais", ils sont pas loin. Il faut commencer par le plus vieux et remonter) Touché coulé. J'ai fini ma bouteille de rhum au lever. Tenir bon la barre et le cap est aléatoire. Je suis saoul. L'équipage me regarde, inquiet. J'ai donné l'ordre de mettre toute la voilure. Le vent rugit. Bientôt le dragon qui s'y cache se réveillera. Bientôt le bateau flambera malgré la pluie frappant le... [Lire la suite]
Posté par Tatooa à 08:05 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
12 octobre 2008

Un truc à lire ce ouikène

si vous n'avez rien d'autre à faire... Un exercice de style que s'était imposé Delphine, et la suite qu'elle m'a demandée obligée à obligeamment demandé d'écrire. Bon dimanche à tous !
Posté par Tatooa à 09:35 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
30 avril 2008

Captain Jack suite 3.

Sang froid, sans coeur. Vous serez surpris sans doute d'entendre la houle sous la coque. Le vent dans la voile. La peur dans le regard de celui qui va mourir. Chacun de nous plonge dans l'océan de ses inconscients. Nos mauvais esprits nous attendent. Enveloppes vides, nous amenons l'enfer à vos portes. Rien ne coule dans nos veines, rien ne bat sous nos côtes, rien en nous pour digérer, nous sommes voués à l'hyperbole du désir sans faim. La fin ne justifie jamais les moyens termes. Nous sommes tous fous. Nous ne pouvons ni... [Lire la suite]
Posté par Tatooa à 08:08 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
04 avril 2008

Captain Jack. Suite.

Fuyez, pauvres fous ! Fuir ? Je veux bien. Mais où ? Vers qui se tourner en ce monde où chacun ne pense qu'à soi ? Où aller quand l'être humain impose sa loi partout sur cette terre ? Voguer à perte de vue, transpercer l'horizon de la proue de mon navire, jaillir tel un phénix de l'autre côté de la terre ?  Tenter la traversée des enfers et triompher de la noirceur de mon âme ? Glisser vers un soleil de feu qui n'en finit pas de tomber dans l'océan, et qui ne s'en relèvera jamais. Les reflets sanguinolents de la... [Lire la suite]
Posté par Tatooa à 08:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]
14 mars 2008

Essais de début 2007. "Captain Jack".

Flotter Flotter au sein du néant, le mur se resserre sur moi. L'angoisse qui m'étreint m'enfonce dans la gorge un cri qui ne sortira pas. Je voudrais hurler. Mais le silence est tout ce que je peux dire. Je n'ai de force qu'en étant autre que celui que je suis vraiment. Une image. Une doublure. Un moi qui n'existe pas. Le fantôme de l'opéra tragicomique qu'est ma vie. Je n'en suis même pas acteur. Je n'en suis qu'un spectateur cynique et aigri. Je ne suis qu'un "comme si". Il n'y a rien.... [Lire la suite]
Posté par Tatooa à 08:03 - - Commentaires [11] - Permalien [#]

14 novembre 2007

Aux gros cons les grands moyens...

Plus de places ! Madame Ledru, célibataire à la cinquantaine enveloppée, pestant et râlant contre ces saletés de touristes, stoppa sa voiture en plein milieu de la rue en sens unique, comme à son habitude quand elle ne trouvait pas où se garer. Elle n'en avait que pour 5 minutes, c'est pas deux usagers pelés qui passeraient le temps qu'elle achète son jambon qui allaient l'empêcher de faire ce qu'elle avait à faire. Elle mit les warnings, la moindre des choses, quand même, puis se précipita dans la charcuterie. Il y avait deux... [Lire la suite]
Posté par Tatooa à 08:02 - - Commentaires [22] - Permalien [#]
17 octobre 2007

Georges tout puissant.

Georges était de ces gens qui croient n'avoir pas d'histoire (faites sortir les gosses, c'est pas pour eux). Il avait grandi dans un petit village de Haute Vienni viedi vieci, et croyait en Dieu, fol qu'il fût. Il allait à la messe tous les dimanches, depuis petit - quand il était pas grand, avec ses parents. Ceux là... Sa mère se tapait tout ce qui passait à sa portée, (à part les animaux (l'avait des principes)), et son père, coincé définitivement à la maison après une maladie du travail (l'avait attrapé le rhume du coude de la... [Lire la suite]
Posté par Tatooa à 08:04 - - Commentaires [19] - Permalien [#]
26 septembre 2007

Des gars dingos et des dégâts...

Dans la gargote, guignant la goutte de vin gouleyant dégoulinant au goulot de la gargoulette, un gringalet grégaire et élégant guettait la goulée grandiloquente d’un gros goujat négligé glougloutant à grands regains de gargouillis devant son nez. Quand une grande gigue goguenarde dégoisa sur ce guignol, le garçon se gondola. La grande gueule bègue, qui se gargarisait le groin, grognant sa gaieté, s’étrangla et les enguirlanda :« Dis donc g-g-g-greluche, dégage, ou tu g-g-g-goûteras de mon gourdin. Et toi g-g-g-gaga g-g-galopin,... [Lire la suite]
Posté par Tatooa à 04:09 - - Commentaires [12] - Permalien [#]
04 juillet 2007

Ado - Les sens - Fin (Essai plumitif).

Il les regarda, l’un après l’autre, fixant chacun d’entre eux. -Je vois que la majorité ici se sent complètement innocente et ne voit pas du tout de quoi je parle. Va-t-il falloir que je vous rafraîchisse la mémoire ? Que je vous rappelle, moi, votre propre histoire, celle que vous avez construite jour après jour, celle qui détruit vos propres enfants sans que ça vous pose le moindre problème ?Puisqu’il faut que les choses soient dites et entendues, on va commencer par le coupable le plus évident de tous. Et le plus couvert par... [Lire la suite]
Posté par Tatooa à 08:08 - - Commentaires [14] - Permalien [#]