Le Diable en Gris
Graham Masterton

41D1ar3FYkL

 

Edition : Bragelonne (mais trouvable d'occasion en divers formats)
Nombre de pages : 336
Date : Juillet 2015

Résumé : Une jeune femme brutalement taillée en pièces dans sa maison de Virginie… avec une arme vieille de cent ans. Un officier à la retraite éviscéré… par un assaillant invisible. Un jeune homme, les yeux crevés dans sa baignoire… puis bouilli vif. Qu’ont ces victimes en commun ? Quel être de cauchemar les a traqués ? Il n’est pas mort, mais ne vit pas vraiment non plus. Il ne peut être tué, tout juste piégé, comme il l’a été pendant des années, enterré vivant dans une tentative désespérée de mettre fin à la terreur. Mais à présent il est libre à nouveau, libre d’accomplir sa sinistre mission… et de massacrer. Est-il un esprit ? Un dément immortel ? A-t-il même jamais été humain ? Qui est… le Diable en gris ?

Genre : horreur

Lu en Novembre 2016.

Mon avis :
Ah, mais que voilà un excellent thriller horrifique ! 

Le seul tort que j'ai eu, c'est que je l'ai commencé un soir avant de m'endormir. Pourquoi ? Ebé parce que la scène d'ouverture est juste totalement affreuse, d'une sobriété étonnante (par rapport au reste du bouquin), et proprement terrifiante (de mon point de vue, pile poil le genre de truc qui me fait faire des cauchemars). 
J'ai d'ailleurs très mal dormi la nuit en suivant, lol. J'ai donc renoncé à le lire le soir, pour ne le lire que dans la journée.

Ceci dit, en fait, j'aurais pu continuer à le lire le soir, parce qu'ensuite, même si l'horreur est toujours présente, c'est l'enquête qui prend le pas sur le reste, et elle est passionnante, cette enquête, à cheval sur la guerre de Sécession, les traditions africaines et leur façon de se dissimuler sous des oripeaux catholiques. Les scènes gore ne sont pas en reste, mais, (ce n'est que mon avis), tellement énormes que ça en devient caricatural, et, du coup, elles m'ont beaucoup moins impressionnée que la toute première. Un peu comme le sang qui gicle dans les films de Tarantino, si vous voyez ce que je veux dire.

Cette histoire est servie par des personnages attachants au delà de leurs défauts (Decker, sisi, il l'est malgré tout), Hicks, son collègue, le capitaine Cab (qui m'a bien fait marrer avec son allergie), Sandra, la gamine étonnante, et c'est, aussi, bourré d'humour un brin cynique, parfois un peu lourdingue mais qui fait un bien fou, justement parce qu'il détend l'atmosphère. Ouai parce que les méchants, ce sont de sacrés grands méchants, formidables dans leurs rôles, que ce soit Reine Aché ou "l'autre" (je veux pas spoiler !). 

Ce livre est un savant mélange, au final, d'enquête prenante, de gore terrifiant, d'humour bienvenu, (et de sexe inutile, mais c'est Masterton, on lui pardonne, lol) et ça en fait un super bouquin d'Halloween ! C'était une bonne pioche, j'ai vraiment adoré, et je l'ai lu trop vite, oui, je sais, je sais !

Ma note : 18/20

(Tout à fait autre chose : le carrelage de la terrasse et ses joints sont enfin FINIS ! YOUPI ! Je vais pouvoir reprendre le cours dit "normal" de ma vie et donc me chercher un nouveau modèle... Genre pirate sans doute... :D )