Les Lames du Cardinal
Pierre Pevel

51Pm6Y0ykzL

 

Edition : Bragelonne (existe en poches en 3 tomes, et en édition collector toute nouvelle)
Nombre de pages : 768
Date : Juillet 2011

Résumé : Paris, 1633. Les dragons menacent le royaume. Surgis de la nuit des temps, ils sont décidés à restaurer leur règne absolu. Usant de sorcellerie, ils ont pris apparence humaine et créé une puissante société secrète, la Griffe noire, qui conspire dans les plus grandes cours royales d'Europe. Pour déjouer leurs complots, Richelieu dispose d'une compagnie d'aventuriers et de duellistes rivalisant de courage, d'élégance et d'astuce. Des hommes et une femme aux talents exceptionnels, prêts à braver tous les dangers et à risquer leur vie pour la Couronne : les Lames du Cardinal !

Genre : Fantasy Historique

(Lu en Février 2013) Mon avis : 

 Je ne connaissais pas Pevel avant de trouver cette intégrale chez un bouquiniste. Quel manque à ma culture ! Un style brillant, un vocabulaire riche, des descriptions tellement bien écrites qu'on s'y croirait, du fantastique très habilement mêlé à l'Histoire de France (les évènements dont parle l'auteur ont tous eu lieu, et le fantastique s'y mêle progressivement au fil des tomes, pour finir en apothéose !), c'est une épopée magnifique au temps des mousquetaires. Quel émerveillement et quelle découverte ! Me voilà fan de Monsieur Pevel ! Lui-même fan, sans aucun doute possible, d'Alexandre Dumas et de Paul Féval ! :)

Le premier tome nous présente les divers personnages, bons et méchants, et certes il semble un peu décousu, mais l'intérêt est éveillé par ces individus, très hauts en couleurs ! 

Le second tome nous amène au siège de La Rochelle, pour détourner les événements historiques avec un brio époustouflant !

Le troisième tome, qui clôt cette aventure fertile en rebondissements, en combats à l'épée, en dragons et autres menues surprises, finit en feu d'artifice (ma grande peur (et mes grandes colères) sont souvent liées aux auteurs qui ne vont pas au bout de leurs idées, ébé Sieur Pevel n'est pas de ceux-là, non non non...).
C'est juste que du bonheur ! 

Ah oui, une petite chose : il me semble fort prétentieux et un peu idiot de critiquer méchamment le tome 1 quand on n'a pas l'intention de finir la trilogie (et non, les 3 livres ne SONT PAS indépendants les uns des autres, ils se suivent.). J'ai vu ça sur Babelio...
Comme souvent quand on n'a qu'une vision partielle du travail de l'auteur, c'est manifester un bien joli mépris que d'émettre une critique minable sur le tome 1 alors que l'auteur a fournit son effort et son approfondissement des personnages sur plusieurs tomes, et que, pour une fois, celui-ci est allé jusqu'au bout de son scénario, et a un final grandiose...