FB2

Vue de notre chambre à Rivière-du-Loup !

Or donc, résumé du voyage : on a pris un millier de photos, on a fait les gros touristes de base. On a acheté des barquettes de framboises et de « bleuets » (sortes de grosses myrtilles) à des vendeurs locaux, là-bas ça ne coûte quasiment rien (4 dollars canadiens la barquette de 400 ou 500 gr, sachant qu’1,5 dollars canadien = 1 euro), et on a vu des filets de saumon et truite frais entre 8 et 11 dollars en poissonnerie et sur des marchés ! On a bouffé du homard excellent, du poisson en pagaille, ainsi que des hamburgers, du poulet frit, des hot-dogs, des sandwichs à la garniture qui déborde de partout (terrible, à force d’avoir envie de tout goûter) et des glaces à se taper le cul par terre (il y a là-bas ce qu’ils appellent des « bars laitiers » !). On a essayé la « poutine » (frites + fromage qui fait « skouik » quand on le mange avec une sauce à la viande), pour le fun, c’est pas génial mais il le fallait, vu que c’est plus ou moins une spécialité « nationale ». 

On a roulé sur des routes défoncées par les intempéries, vu des tonnes de motards (et de motardes, les québécoises n’ont pas froid aux yeux) rouler sur des customs énormes et en bandes, vu plein de mustangs et de camaros (c'est d'un banal là-bas), des camping-cars et caravanes de 10m de long au moins + énormes pick-ups par centaines, on a du passer par des tas de travaux car l’été c’est la période « de construction » où ils refont tout ce qu’ils peuvent (c’est pas les vacances pour les employés de la voirie, fichtre !), vu des villages qui s’étendent sur la route principale sur au moins un kms ou plus (pas d’immeubles là-bas à part à Montréal et Québec (et encore), chacun a sa maison, petite ou grande, mais chacun a son lopin de terre), on s’est perdus dans des forêts de sapins immenses (vive le GPS !) (pi là-bas la forêt de sapins s’arrête, ben à la mer ! On se croirait dans les alpes tant qu’on la voit pas, et pouf, on tombe sur la mer, ça fait trop bizarre !), on a eu très chaud, on a eu très froid, et on n’a vu que deux ou trois moustiques ! (et ça c’est pas normal, normalement c’est couffi de moustiques la Gaspésie en été). On a vu un train de marchandises d'une longueur phénoménale qui roulait tout doucement, en montant sur Québec, aussi, je l'avais oublié, lui !

On a vu des écureuils bouffis et pas sauvages du tout, une marmotte « pompiste » à deux pas de l’aéroport quand on est allés faire le plein pour rendre la voiture, des tas d’oiseaux et d’insectes zarbis, des fermes énormes (toutes avec leurs propres silos de stockage (jamais vu ça ici !)), des champs de blés et de diverses céréales à perte de vue (ils sont exportateurs), des baleines, des animaux locaux dans un « bioparc »… Partout, dans la moindre petite cantine de village paumé où il n’y a que des locaux (et nous, les foldingos), les toilettes sont à toute heure d’une propreté irréprochable, un truc assez étonnant pour moi. On n’a croisé quasiment aucun français au cours de notre périple, sauf à Montréal et Québec, contrairement à ce que nous avaient raconté les agences de voyage pour nous faire raquer plus cher et très vite «il faut réserver tôt, c’est très demandé, on n’a pas beaucoup de place, gnagnagna… » (les agences, c’est de l’arnaque, il vaut mieux s’organiser son voyage seul par internet)… Et on a enfin rencontré une amie de longue date d’internet qui vit à Montréal avec ses filles… 
On a gardé 4 ou 10 (Arf) adresses soigneusement : le café bistro "Mon plaisir" à Montréal, pour ses divers cafés (italiens certifiés) et ses chocolatines, le restaurant "la Morutière" à Percé (pour ses homards, argl !), la boulangerie café "la mie d'en haut" à Carleton (pour ses pâtisseries), le motel "Manoir sur mer" à Saint Anne du Mont et son restaurant, avec un emplacement superbe, le resto "les anciens canadiens" à Québec, et sa cuisine traditionnelle "énaurme" !...
Bref le genre de voyage (3000 kms en famille en 14 jours dans la grosse Chrysler 300 louée par l'homme pour son plaisir, et il a bien fait !) dont on revient avec des étoiles dans les yeux et un stock de souvenirs pour le reste de sa vie. Et l’envie d’y retourner…