Il serait une fois une nana qui voudrait écrire mais qui aurait pas l'ombre d'un chouia de tracicule d'inspiration !
J'aurais peut-être pu trouver sous un arbre, ou sous la queue du chien, allez vous en savoir, un peu de ce talent que je vois fleurir partout sans arriver à en éprouver la moindre étincelle.

J'en aurais cueilli un peu, j'en aurais fait un bouquet, j'aurais écrit le temps de son épanouissement, je l'aurais regardé faner en même temps que mes idées. Et puis je l'aurais jeté.

J'ai l'impression que c'est ce que j'ai fait.

Idées : Zéro, même ce que j'ai commencé me paraît nul.
Motivation : un gros négatif, pour tout.
Déprime : un gros positif.

Sauf que moi, à l'inverse de plusieurs autres qui arrivent à le sortir avec tant de mots dits beaux,  ça me rend sèche, lyophilisée. Stérilisée du dedans. Pas de grande envolée lyrique, pas de belles phrases pour exprimer ce que je ressens, pas de jolis jeux de mots pour dire parce que sans doute je ne sais pas moi-même ce qui devrait sortir et ne sort pas.

Ô soeur Anne ne vois-tu rien venir ? Rien que Free qui poudroie et se lamentoie bêtement sur son sort...