crb188046_1_

Nan le mort n'est pas mort, car il .... Rooooooh !

Pitites vacances à rien faire, ouh que c'est bon ! Samedi j'avions du monde à la maison, ben vous savez pas koa ? ON N'A PAS PARLE DE POLITIQUE ! A AUCUN MOMENT ! Et qu'est ce qu'on s'est marrés, on s'est couchés à pas d'heure !

A croire que la politique c'est le sujet de prédilection des repas "mondains" quand on n'a rien de plus intéressant à se dire... Nan ?

Je me rappelle souvienje, quand j'étions petite, j'avions un oncle qui était spécialiste des discussions politiques. Il tirait un plaisir particulier à provoquer et allumer tous ceux qui n'étaient pas de son bord, et dans ma famille, ils étaient nombreux. Forcément, la plupart étaient fonctionnaires, alors que lui était chef d'entreprise...

C'est marrant comme le métier est lié à l'orientation politique et versa vici. Comme si ça avait une quelconque importance. Comme si ça faisait une différence. C'est à se demander si, du moment qu'ils ont choisi "une voie", les gens ne s'arrêtent pas tout simplement de réfléchir.

A croire que ça doit les éreinter, de continuer à penser, écouter tout, peser le pour et le contre, faire des choix. Les chemins de traverse doivent les fatiguer, alors ils prennent les autoroutes. C'est payant et ça va pas plus vite, mais au moins ya pas à lire la carte ni à choisir par où on va passer, nan, le choix sur l'autoroute il est tout fait pour nous, la sortie c'est là et pas ailleurs, et même si tu t'es tapé 5 heures de bouchon, au moins, tu sais où tu vas, et tu paies komême !

Fonctionnaires, tous gauchos. ou alors extrême droite. Ce qui est relativement amusant, arf !

Chefs d'entreprise ou indépendants, tous à droite. Par principe. Pan. Comme si ceci expliquait "naturellement" cela...

Remark ya l'âge aussi... Bah vi. Avec la dépendance et la peur qui grandissent, forcément, on devient extrémiste...

Et nous : "Nan on n'est pas de droite. Nan on n'est pas de gauche." Nous, on regarde. On écoute. On sait qu'on sait pas tout, on essaie de synthétiser avec ce qu'on sait et le reste. On réfléchit... On examine, on étudie. On vote pas pour "un côté"... Et dieu qu'on perturbe "autrui", avec notre manie de réfléchir sans arrêt sur tout et de pas foncer tête baissée dans la cape rouge qu'on nous agite sous le naseau !

et ça me fait bien rigoler !

Quand aux gens qui s'amusent beaucoup à allumer les autres... Je connais bien le truc, yep, pour l'avoir vécu et le vivre encore des deux côtés. Cependant, je laisse toujours tomber assez vite. Il y a des gens que oui, mais d'autres que non. Des qui adorent la polémique pour la polémique, des qui adorent contredire les autres pour le plaisir de contredire les autres.
Je connais bien l'esprit de contradiction, mais là il y a un truc qui m'échappe.

Il y a là dedans à mon avis, non seulement un besoin impératif de s'affirmer, mais aussi un plaisir à contredire l'autre voire à le mettre en colère, histoire de ne pas lui être indifférent, et aussi un besoin de remplir le vide. Ceux qui aiment la polémique n'aiment pas le silence. Ils préfèrent être détestés qu'avoir l'impression de ne pas exister. ça en dit long, non ?

Pour ma part j'ai toujours été très ambiguë à ce sujet. Contradictoire même. C'est pas toujours facile à assumer... Là aussi je me suis calmée, mais fût un temps parfois lors de discussions un peu agitées je tremblais. Tellement j'voulais convaincre, tellement j'étais sûre d'avoir raison, et tellement je savais qu'"on" en face me prenait pour une conne. J'aimais pas qu'on me prenne pour une conne.

Je vais mieux. c'est pas encore gagné (le sera-ce jamais ?), mais en progrès... Sans doute est-ce lié au fait que je sais que je suis con, maintenant. Mouarf !

Pour finir, son à fond (voui, j'ai préféré avoir des images des Doors et un son pas gégène plutôt qu'une vidéo total naze avec un bon son...) (rougnignu je voulais mettre juste la zicmu mais sur radioblog fo s'inscrire maintenant et j'ai toujours pas reçu le mail de confirm, bande de nullos qu'ils sont !) !