Plumes et Dragons

20 février 2017

Assassin's Creed Fan Art presque fini...

Un ami architecte m'a corrigé quelques erreurs de perspectives (que vous n'avez pas vues, lol), et un autre ami m'a dit que si un jour je m'en lassais, il serait preneur... J'en suis plutôt contente pour un dessin pas "peaufiné", là il manque quelques ombres, rien d'énorme.

assassin's creed II 2 fini

Posté par Tatooa à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

18 février 2017

La fille du temps

La fille du temps
Jospéhine Tey

41Sg-90rRtL

Edition : 10x18
Nombre de pages : Grands détectives
Date de sortie : 2 avril 2009

Résumé : Immobilisé sur son lit d'hôpital, l'inspecteur Grant s'ennuie. Pour se distraire, il passe au crible de son œil criminologiquement très exercé des portraits de personnages historiques. Parmi eux, un visage lui inspire sympathie et déférence. Mais il s'avère être celui de l'épouvantable Richard III, roi d'Angleterre, parvenu au trône (voyez Shakespeare) grâce à l'assassinat de ses neveux, les enfants d'Édouard. Alors commence à travers l'Histoire une quête de la vérité qui forme l'une des enquêtes les plus originales de toute la littérature policière, l'un des dix grands classiques du genre salué par la critique et aussi par les pairs de l'auteur. 


Mon avis : 
Un mot pour ce bouquin : passionnant ! 

Et je vous dis ça alors que je suis une triple buse en histoire d'Angleterre, à part Henri VIII, Richard Coeur de Lion et Jean sans terre, et le roi Arthur (euh, il a existé, lui ? je ne crois pas, j'aurais tendance à dire que c'est une légende...), vraiment une grosse busasse... Quand bien même cette histoire est inextricablement liée à celle de France, d'ailleurs...

Bref, ce petit bouquin est génial. Sachant qu'il a été publié en 1951, c'est à dire bien avant la réhabilitation tardive de Richard III, voilà qui met une bonne baffe aux historiens trop confiants dans leurs prédécesseurs payés par les rois qui les ont fait vivre. Or Henri VII et son fils Henri VIII, sont pas les types les plus sympathiques de l'histoire d'Angleterre, c'est même à cause de ça que je connais mieux Henri VIII que les autres, lol ! Et ils ont tellement fait le ménage dans leurs concurrents à la royauté que c'est eux qui ont écrit l'histoire avant et après eux. Pas le genre de mecs que je préfère, à dire vrai...

Donc je ne dirai rien de plus de l'intrigue, mais sachez qu'amateurs d'enquêtes et d'histoires devraient se trouver comblés, comme je l'ai été, par cette lecture ! Il y a en plus des tableaux généalogiques fort utiles, car bien sûr, cousinages et entrecroisages familiaux sont assez compliqués, comme partout ailleurs en Europe ! 
Ils sont placés en début de bouquin, et ils "affolent" (du moins moi ils m'ont affolée) par le nombre de "personnages" qu'ils impliquent, mais finalement, tout ça est extrêmement clair, une façon vraiment au top d'apprendre un bout d'histoire (et quelques autres, car le "Tonypandy" c'est un truc dont je n'avais jamais entendu parler. Avec un Trump aux US, on n'est pas près d'en sortir, de ce genre de trucs, d'ailleurs...

Il y a de quoi demeurer achement dubitatif devant les écrits des historiens, quels qu'ils soient... Je pense que leur volonté "d'objectivité" n'est que somme toute très récente et que ceux des siècles précédents n'ont écrit que ce qu'on leur a dit d'écrire, point barre. 
Comme le dit Grant, c'est dans les écrits "non destinés à L Histoire" qu'on trouve la vérité. (livres de comptes, archives des villes etc).

Bref, c'est un très bon bouquin, j'ai adoré ! 

Ma note : 18/20

Posté par Tatooa à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
13 février 2017

Avancée sur The Witcher ce coup-ci.

En fait le modèle est un "pro Cosplay" qui s'appelle Ben, ou Maul Cosplay. Beau mec...

the witcher Maul 2

Posté par Tatooa à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
10 février 2017

Assassin's Creed fan art on continuuuuue...

assassin's creed II 2 4 en cours

J'avance, j'avance, un peu sur chacun chaque jour ! :)
J'évite l'ennui, comme ça. Je dessine tous les jours, ce que j'étais loin de faire en Janvier, et rien que pour ça c'est un bon système. Il fait toujours un temps pas glop et j'ai toujours du mal à faire de bonnes photos, mais j'espère que tu vois bien, mon didi, malgré ça.

Posté par Tatooa à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
08 février 2017

Les dessins en cours... Assassin's Creed, The Witcher

J'en ai plusieurs autres... 
Bon pardonnez-moi la qualité photo, je sais que c'est pas très bon, mais il fait un temps pourri et il n'y a rien à faire, j'arrive pas à en avoir de bonnes... Comme en plus je dois trafiquer les contrastes pour mon Didi, bah ça donne des images pas très belles. Hem...

Assassin's Creed II 

assassin's creed II 3 2

the witcher Maul 1

 

The Witcher III (Photo Maul Cosplay par EosAndy). 

Posté par Tatooa à 09:00 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,

06 février 2017

"Nous rêvions juste de liberté" d'Henri Loevenbruck.

Nous rêvions juste de liberté

Henri Loevenbruck


41mKTcwXWcL

 

Edition : J'ai Lu - Librio
Nombre de pages : 384
Date de sortie : 29 Mars 2017

Résumé : «Nous avions à peine vingt ans et nous rêvions juste de liberté.» Ce rêve, la bande d'Hugo va l'exaucer en fuyant la petite ville de Providence pour traverser le pays à moto. Ensemble, ils vont former un clan où l'indépendance et l'amitié règnent en maîtres. Ensemble ils vont, pour le meilleur et pour le pire, découvrir que la liberté se paie cher. Nous rêvions juste de liberté réussit le tour de force d'être à la fois un roman initiatique, une fable sur l'amitié en même temps que le récit d'une aventure. Avec ce livre d'un nouveau genre, Henri Loevenbruck met toute la vitalité de son écriture au service de ce road-movie fraternel et exalté.

Prologue : De Loevenbruck, j'avais déjà lu pas mal de bouquins. Coup de coeur pour son "apothicaire", un formidable roman historico-fantastique, ses thrillers/aventure d'Ari, le rasoir d'Ockham etc. Bref, j'aime beaucoup ce qu'il écrit, même si j'avais moins accroché à sa série jeunesse "la Moïra". 
Ce livre, ça faisait plus d'un an que je l'avais dans ma "PAL" (Pile à lire). Il faut être dans le bon "mood" pour le lire... Mais surtout, il faut le lire. Et je ne parle pas que des ni qu'aux motards... 
La prochaine sortie en poche fait que vous n'aurez AUCUNE excuse pour ne pas l'avoir dans votre bibliothèque ! Voilà... Après, mon avis n'est que mon avis, que j'ai écrit d'abord pour Babelio, et qui vient dont après plus d'une centaine d'autres avis. Donc je ne parle pas tellement du livre; et si vous voulez ça, allez donc faire un tour sur Babelio, c'est un très bon site. Non, dans mon avis, je parle  juste de mon ressenti, de ce à quoi m'a renvoyé ce formidable bouquin !


Mon avis : Un bouquin écrit avec les tripes, et qui parle aux tripes... 

....


....


J'ai beaucoup pleuré à la fin. Je n'ai pas grand chose à dire, avec plus de 100 avis tout a déjà été dit sans doute, je ne les ai pas tous lus... 
Si ce n'est que peut-être, je suis contente d'avoir été une ado soumise et timide, et de n'être devenue "rebelle" que sur le très tard... Sinon je ne serais sans doute plus là pour en parler, vu que Bohem, bah, c'est tous ceux qui ne supportent pas l'hypocrisie, la lâcheté, la bassesse, la minablerie humaine, les "homines crevarices" sans conscience, comme dit Alfaric (fussent-ils de sa propre famille)... J'en suis...

Et aussi qu'il y a des choses dans ce bouquin qu'on ne peut ressentir à sa lecture que quand on pilote sa propre bécane... Je le sais car j'ai longtemps été sds (= sac de sable = passagère), et hier, sur ma bécane (qui est quand même une bécane "d'homme", qui chante rauque, qui vibre, qui vit, qui demande un brin de violence et de poigne pour être "domptée"...), je me disais justement que cette sensation grisante, si on n'a jamais piloté, on peut pas savoir ce que c'est... 

"On roulait comme on respirait : pour pas mourir..."

j'avais 41 ans et j'étais en train de mourir quand un jour mon homme a ramené une bécane à la maison et que d'un coup je me suis rappelé que mon rêve quand j'étais ado, c'était de devenir une motarde, tatouée, libre... Les tatoos, c'était fait, j'ai décidé de passer le permis. Mais ce n'est pas lui qui a fait de moi une motarde, c'est mon homme et les heures d'entraînement sur parking (et sur route mais faut pas le dire fort...) qu'on a fait tous les deux, car c'est pas le permis qui apprend à "maîtriser la bête", mais une pratique intense et assidue... Et je suis à nouveau vivante... Alors je sais de quoi Bohem (qui est beaucoup trop gentil) il cause... 
Voilà. C'est tout.

Ma note : 40/20

Posté par Tatooa à 09:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
03 février 2017

Assassin's Creed fan art rebelote... (si ça veut bien marcher...)

On va bien voir... Depuis plusieurs jours le chargement d'images (même toute petite) s'arrête en plein milieu et dit "erreur de chargement". Merci Canazeblog ! Arf ! 
Ah ça a marché ! Youpiiiiiiii ! Donc pour toi mon didi, ma ptite étude de perspective qui me pose bien du soucis ! 

assassin's creed II 2 2 en cours

Posté par Tatooa à 16:51 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
02 février 2017

Bon chui désolée mon didi

Mais ce con de canalblog veut plus charger les images... je sais pas pourquoi. En tous les cas ça fait deux jours que ça marche pas, c'est des nuls chez canalblog qu'est-ce que tu veux.

J'ai pas beaucoup avancé en fait, je me disperse beaucoup, mais surtout depuis dimanche j'ai sorti la bécane tous les jours et ça fait un bien fou au moral ! ;)

Bref les dessins ça reprendra quand ils seront meilleurs chez "canazeblog" ! Erf ! 

Posté par Tatooa à 13:28 - Commentaires [3] - Permalien [#]
27 janvier 2017

Etant monomaniaque par nature

Et me lassant relativement vite quand j'estime avoir "fait le tour" de quelque chose (là aussi par nature parait-il), il se trouve que j'ai un mal fou à dessiner depuis que j'ai fini le "Delon". 

J'ai donc retrouvé goût aux crayons en gribouillant des "assassins", de mon jeu et mes livres préférés du moment... On peut dire que je cherche "autre chose", je pense, même si ce n'est pas la première fois que ça m'arrive.

ça donne les dessins ci-dessous, ce sont des croquis faits rapido, ça m'a pris entre 45 minutes pour le visage et 1H pour l'autre, dont je compte finir le décor (etude de perspective) à traits rapides un de ces jours... 


assassin's creed II 1

assassin's creed II 2 en cours

 

Posté par Tatooa à 09:04 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
25 janvier 2017

Série de bouquins "Assassin's Creed" d'Oliver Bowden.

Assassin's Creed

Oliver Bowden

61ookD2h9FL

Editions : Milady
Nombre de pages : Tome 1 : 475
Date de sortie du tome 1 : Avril 2010.

Résumé : Trahi par les familles dirigeantes d'Italie, un jeune homme se lance dans une épique quête de vengeance. Afin d'éliminer la corruption et de rétablir l'honneur des siens, il deviendra un assassin. Il fera appel à la sagesse de grands esprits comme Léonard de Vinci ou Nicolas Machiavel, car il sait que sa survie dépend des dons qu'il doit développer. Aux yeux de ses alliés, il représente le changement car il combat pour la liberté et la justice. Mais ses ennemis le considèrent comme la pire des menaces car il a voué son existence à la destruction des tyrans qui oppriment le peuple d'Italie. Ainsi commence une histoire de pouvoir, de vengeance et de conspiration.

Genre : Fantasy historique.

Mon avis sur la série : 
A l'heure où je vous parle là de suite, je suis en train de lire le tome 4. Les deux premiers tomes reprennent les jeux "Assassin's creed II" et "Brotherhood" (Héros : Ezio), le tome 3 le jeu Assassin's Creed (Héros : Altaïr), et le tome 4 repart sur la fin des aventures d'Ezio, et le jeu "Révélations". 
Bien évidemment lire les livres de commandes sur des jeux qui sont au top du top des jeux vidéos, et dont j'ai fini le II et Brotherhood, c'est prendre le risque d'être déçu. 
Il y a, c'est vrai, quelques défauts dans ces bouquins, à savoir qu'ils suivent très exactement les jeux. Or donc comme il y a quelques didacticiels pour apprendre à se battre, grimper, tout ça, dans les livres, c'est un brin bizarre, mais ça ne dure pas trop longtemps.
A part ça, le scénario du jeu est extrêmement fouillé et complexe, basé sur notre Histoire, et c'est pain béni pour quelqu'un qui sait écrire mais n'a pas forcément d'idée, de devoir romancer un tel "trip". 
En gros, pour moi, c'est que du bonheur, ça me fait réviser mon Histoire (d'Italie notamment, mais bien au delà vu les alliances diverses) de la renaissance (pour l'instant. Plus tard ça se passe en Amérique et avec des pirates, et plus tard pendant la révolution française, et plus tard encore pendant la révolution industrielle, j'ai de belles heures de rêve et de jeux devant moi, lol !).
Bref c'est une série que j'adore (en livre comme en jeux), et j'engloutis les bouquins assez rapidement ! Bien plus que je n'arrive à finir les jeux, encore que je m'améliore grandement au fur et à mesure que j'avance, mon fillot m'ayant beaucoup moins aidée pour Brotherhood que pour le précédent... ;-D

Ma note sur la série : 17/20

Mon avis sur le tome 1 Renaissance, du 20/12/16 (lu avant que je joue "sérieusement") : 
Tout d'abord, je dois préciser que je ne connais pas le jeu, pas beaucoup, du moins, manche que je suis avec la manette... (Mouahahaha !) 
Si ma fille ou mon fils ne sont pas là pour m'aider à passer certaines épreuves, je suis comme une nouille, je n'ai donc fait que le début. (Ceci dit c'était le cas pour Fable II alors que maintenant j'y arrive, tout n'est donc pas perdu...)(Je suis une vieille geek, un peu d'indulgence s'il vous plait ! Arf !). Bref, je connaissais un peu le fond, et l'histoire parce que ma fille m'en a beaucoup parlé, mais pas les détails.

J'ai pu donc constater de visu qu'effectivement, ce bouquin reprend à la grimpette près le jeu. Ce qui est assez surprenant, surtout au début, quand les aventures d'Ezio ne sont qu'un prétexte à la prise en main... 
L'auteur a sans doute eu lui aussi besoin de prendre en main l'histoire ! :)

Par contre, j'ai un avantage par rapport à ceux qui l'ont fini (le jeu...) ! C'est que je ne connaissais pas l'histoire. J'ai donc pris grand plaisir à suivre les démélés d'Ezio avec les templiers ! (Amusant retournement de situation, j'avoue que jusqu'ici je ne voyais les templiers que comme des sortes de héros chevaliers martyrisés, L Histoire (et Philippe le Bel) leur ayant fait un sale sort...) (D'ailleurs si vous voulez lire une excellente saga de fantasy historique sur eux, Damné d'Hervé Gagnon vous comblera !).

C'est donc une "surprise" que cet ordre d'Assassins qui se bat contre des méchants templiers... La prise de marques par O. Bowden se sent, oui, mais on sent davantage d'aisance dans la narration à partir du moment où Ezio s'en va à Venise. La présence de personnages historiques comme Laurent de Médicis, Machiavel et de Vinci (et plein d'autres, les pontes des cités états de L'Italie des années 1490), ajoute une touche de réalisme à une histoire qui se révèle finalement complexe et total "fantasy" même si on pouvait en douter au début (quoi de plus fantasy qu'un héros qui doit sauver le monde (et qui est un tombeur, mdr !), je vous le demande !).

Bref, ces scénaristes de jeux, ils sont quand même au top, j'ai beaucoup aimé ce bouquin malgré ses défauts !

Du coup j'ai ressorti le jeu, d'ailleurs, mdr ! (Oui cette période où le jour dure de 8h30 à 17H m'est difficile, les jeux vidéos ça m'aide à la passer sans trop déprimer, et les enfants sont là pour les passages difficiles, ça tombe bien !).

Ma note sur ce tome 1 : 18/20

Mon avis sur le tome 2, Brotherhood : 
Et voilà fini mon premier livre de l'an 2017. 
J'adore ces histoires d'assassins, c'est terrible. Mon penchant très prononcé pour la dark fantasy est largement flatté dans ces livres. Ainsi que dans le jeu, parce que oui, oui, j'ai commencé le jeu Assassin's creed II sur xbox360. 
Certes en mode facile. Certes je mets 3H là où mes gosses mettent une demi-heure. Certes je dois m'y reprendre à 5 fois pour arriver à finir une quête, et parfois je dois me résoudre à demander l'aide de mon fillot, quand mes nerfs lâchent (notamment dans les quêtes pour récupérer l'armure, qu'est ce que je m'en suis vu pour monter tout en haut du dôme à Florence, c'est mon fils qui a fini... xD. Pareil pour la course-poursuite avec la chariotte de Léonard de Vinci, mais là j'ai fini par y arriver toute seule comme une grande, trop fière ! )
Il n'empêche que je fais une assassin tout à fait honorable, d'autant que c'est avec la double lame que je me débrouille le mieux - sans vraiment comprendre pourquoi. Qu'est-ce que j'ai pu tuer comme gardes sur les toits ! Et ça va continuer, je n'en suis qu'à la séquence 8. Il va me falloir "voler", je sens que ça va pas être simple, mdr...

Or donc ce livre est la suite directe du livre "Renaissance" (et donc du jeu n° II), et nous continuons à suivre Ezio, qui a bien vieilli et a dans les 40 ans, si je ne m'abuse... Il est toutefois toujours aussi bien entraîné, et désireux de compenser la grosse bourde qu'il faite des années plus tôt, cause de la destruction de sa base au début de ce second tome, et donc "vengeaaaaance" !, et dont je ne parlerai pas plus pour pas spoiler, et toc. 

Son adversaire principal sera ici Cesare Borgia, le fils de Rodrigo (le pape, parce que ouai, le pape a des enfants lol). Une saleté de punaise aux talents multiples, doublé d'une anguille aux capacités de fuite assez impressionnantes ! Mdr ! La famille Borgia est dépeinte de façon assez crue, et j'en suis à me demander ce que certaines scènes donnent dans le jeu correspondant (sont-elles floutées ? muarf !). La curiosité m'assaille... 

Il y a quelques coquilles dans ce livre, rien de rédhibitoire à part un contresens qui fait tiquer. C'est encore une histoire à multiples rebondissements que j'ai suivi avec beaucoup d'intérêt, j'avoue, je suis attachée à Ezio (voire totalement identifiée vu que je suis lui 2 à 3h par jour, lol !) (Et je déteste Caterina, saleté de bonne femme). C'est pain béni ces jeux pour un auteur au talent d'écriture certain mais en mal d'histoires, les scénaristes sont toujours au top. 

En bref, ça se lit avec plaisir, sans prise de tête, hormis peut-être sur la fin quand je me suis mélangé les pinceaux entre les différents partis espagnols Castille/Aragon contre Navarre, j'ai du aller un peu réviser mon Histoire d'Espagne et d'Italie (et par conséquent de France vu les alliances), mais ça fait pas de mal... D'ailleurs c'est pas étonnant que j'ai rien retenu de mes années "d'études", c'est d'un compliqué !

Donc outre le fait qu'on suit une aventure haletante, en plus on apprend des tas de choses sur l'époque d'el Léonardo ! C'est maguenifaïque ! 

Ma note sur ce tome 2 : 17/20

Mon avis sur le tome 3, La croisade secrète : 
Toujours un gros kif avec ces lectures, il n'y a pas à tortiller. 
Remettons un peu les choses dans l'ordre. Ce tome-ci est numéroté 3 dans la série de livres, mais reprend en fait l'histoire du tout premier assassin's creed... 

Si le début est vraiment très linéaire et assez ennuyeux, les choses deviennent plus intéressantes dès qu'Altaïr croise Maria, qui ne manque pas de caractère. C'est sympathique d'avoir fait un Assassin amoureux. J'ai d'ailleurs commencé le jeu. Bon il est moins cool que le II, c'est clair. Je ne sais pas si j'irai au bout, du coup, à suivre... Je suis encore en train de batailler dans le jeu n° II, en armure d'Altaïr et avec son épée aussi, qu'est ce que je suis beau ! Mdrrrrr ! 

Juste je trouve qu'Altaïr est plutôt naïf pour un Assassin, et ce jusqu'à la fin. Il dit qu'il ne fait confiance à personne mais dans les faits, ce n'est pas vrai... le personnage est bien moins cohérent qu'Ezio Auditore, et je pense que c'est là une des raisons qui ont fait que le jeu a beaucoup moins marqué. 
La seconde raison c'est que l'histoire est un peu trop répétitive (et donc le jeu aussi). 9 assassinats pour se racheter, deux mêmes trames narratives au début et à la fin, c'est vraiment moins bon niveau scénario que les Assassin's creed II et Brotherhood. 

L'avantage par contre c'est que ça m'a permis de mieux comprendre la genèse de l'aventure d'Ezio. Bon, le curieux de l'aventure c'est qu'il en manque un bout entre Constantinople et Rome, puisque les reliques sont, à la fin de "la croisade secrète", cachées un peu partout dans Constantinople... Enfin bref, faut pas trop se poser de questions... Arfeu ! 
L'autre avantage c'est que ça fait bien réviser L Histoire, je trouve ça génial de ce point de vue, j'adore ça ! J'ai déjà vu les croisades du point de vue des cathares et des templiers avec l'excellentissime série "Damné" de Gagnon récemment, contemporaine de la période de cette croisade en "terre sainte", j'étais un peu plus éclairée sur cette période que sur celle des aventures d'Ezio... 

Bref, malgré les défauts du jeu (responsables de ceux du bouquin), je me suis bien régalé une fois de plus !

Ma note sur ce tome 3 : 15/20

Posté par Tatooa à 09:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
19 janvier 2017

Les Foulards Rouges

Les Foulards Rouges

Frédéric H. Fajardie

512HRUGhUBL

 

Edition : Le livre de poche
Nombre de pages : 510
Date d'édition : Octobre 2002

Résumé : Au Palais-Royal, un homme surgit, sauvant la vie du cardinal Mazarin. Il est comte, général d'artillerie, et s'appelle Loup de Pomonne, seigneur de Nissac. Nul ne l'a vaincu à l'épée, aucune armée ne l'a jamais défait. À la demande de Mazarin, Nissac monte une petite troupe, " Les Foulards rouges ", curieux mélange d'aristocrates et de galériens.
Sabotages, missions secrètes, duels au clair de lune, guets-apens, tombes profanées, enlèvements, trésors exhumés, rien n'y manque, pas même la lutte acharnée entre deux femmes éblouissantes de beauté, pour gagner le cœur de Nissac.
En cette époque étrangement moderne où les dames montent à cheval, l'épée au côté, et se battent en duel, où deux très grands écrivains français - le cardinal de Retz et La Rochefoucauld - luttent pour la Fronde, un autre péril menace... Le visage caché par un masque d'argent, un homme appelé l'Ecorcheur terrorise villes et campagnes et va croiser la route de Nissac.

Genre : roman historique

Mon avis : 
AAAAAAAAAAH ! Quel souffle épique ! Quelle aventure ! Que dis-je, quelle épopée ! 

Les perles qu'on peut dénicher sur Babelio, c'est juste pas croyable. Et c'est encore un auteur, français, qui plus est, que je ne connaissais pas, que je découvre, et que j'aime tout de go, paf, le coup de foudre ça s'appelle. 

Bon je vous avoue un truc... J'aime pas l'hiver. J'ai beau lutter, faire du yoga, prendre des vitamines, des oméga3 ou que sais-je encore, rien à faire. A partir de mi-novembre, je m'étiole, je me ratatine, je perds ma joie de vivre, j'ai plus qu'une envie c'est hiberner. Je traverse une période encore plus difficile depuis fin décembre, mon homme ayant décidé cette année de faire un voyage "baroudeur" avec un sien copain. La plus mauvaise période, à dire vrai, ou la plus favorable (tout dépend de l'angle sous lequel on la regarde) pour que je finisse de m'étioler et sombre dans une déprime un peu plus intense que d'ordinaire... Je n'apprécie déjà pas des masses quand il part (souvent) en déplacement de travail court, alors un voyage de 15 jours... Bref... 

Bref, dans ces moments-là, j'ai besoin d'évasion. Voire de fuite, lâchons le mot. Tomber sur un bouquin qui m'embarque ailleurs, tout entière, quel qu'il soit, c'est une bénédiction. Ce livre m'a apporté tout ce dont j'avais besoin... Bon, certes, je l'ai fini trop vite, du coup. Mais que c'était bien ! Il y avait tout ce que j'attends quand je lis un roman de capes et d'épées ! 

Le style "à l'ancienne" de l'écriture colle parfaitement à la période couverte (la Fronde). C'est vraiment plaisant comme tournures de phrases et ça met dans l'ambiance sans pour autant être "trop" ou dérouter. Il y a une bonne dose d'humour, en plus, c'est agréable ! 

Les personnages sont grandioses. Aussi bien les bons que les méchants, d'ailleurs. La bande des "Foulards Rouges" est très attachante, ce sont des personnages hauts en couleur, emmenés par un "Loup de Pommone" formidable, auquel une loyauté sans faille les attache. Autant vous dire que par moments, ça déchire le coeur, bah oui forcément, à vie aventureuse, mort violente... Je suis très contradictoire dans mes goûts, je me rends compte. Autant j'aime les héros héroïques, autant j'aime les affreux jojos type "Benvenuto" (Jaworski). C'est vrai que du coup j'aime deux fois plus de livres, lol, c'est pratique ! 

Le contexte historique est formidablement bien exploité, et les batailles sont épiques, qu'elles soient personnelles entre individus, ou entre armées... Certaines de celles des Foulards rouges sont juste trop amusantes, un comble ! 

Bref, j'ai passé un très bon moment avec ces héros, malgré les clichés, certaines répétitions de situations un peu maladroites (pour les amours de ces messieurs). Je me suis tellement régalé que je pardonne tout... Crac ! M'en vais me pencher sur le reste des écrits de ce monsieur... 

Ma note : 18/20

05 janvier 2017

The Crow

The Crow

James O'Barr

the crow

Edition : Delcourt
Nombre de pages : 272
Date d'édition : Octobre 2012

Résumé : La veille de leur mariage, Eric Draven et Shelly Webster sont sauvagement assassinés par un gang de truands. Un an après leur mort, un mystérieux corbeau se pose sur la tombe d'Eric : il est venu le guider pour assouvir sa vengeance...

Genre : comics

Mon avis : 
Entre "The Crow" et moi, c'est une vieille histoire d'amour commencée par le film (avec Brandon Lee), vu revu et rerevu au moins une quinzaine de fois. Si ce n'est plus... 
Et ce genre de virus, ça se refile, ma fille l'a attrapé. C'est elle qui s'est acheté ce comics, la toute dernière mouture de la BD. Justice et vengeance, mes thèmes de prédilection depuis toujours.
Et j'avoue que si je sentais bien la profondeur de l'histoire qu'il y a derrière, je ne la mesurais pas vraiment. 

Il m'aura fallu lire ce magnifique ouvrage, complété et magnifié par des planches qui, semble-t-il, n'était pas dans les premières versions, ainsi que des préfaces très personnelles et très claires de et sur l'auteur, pour comprendre pourquoi je suis si fan de ce personnage romantique, désespéré et violent. 

L'histoire est ce qu'elle est, la même que dans le film à quelques mini-variations près, je la connaissais déjà et je n'ai pas eu de surprises. Par contre, la surprise se situe dans les dessins, qui sont ravagés et ravageurs, beaux et moches à la fois, plus violents encore que dans le film, et fascinants. Parsemés de poèmes classiques, dont Baudelaire, une culture pourtant peu "américaine", si j'ose dire, et de poèmes de J. O'Barr lui-même, qui ajoutent à l'ambiance vraiment très noire.
Une puissance d'évocation et de thème que j'ai rarement rencontré dans des BDs, on sent bien que l'auteur y a mis toutes ses tripes, c'est cathartique, magnifique et affreux à la fois. Il ne peut que parler aux gens qui ont souffert par la faute d'autres gens. Et bien que cela s'apaise chez moi en vieillissant, ça me parle toujours autant. 


Un livre qui va me devenir aussi culte que le film, peut-être plus, qu'il me faut absolument, et que je relirai de nombreuses fois, ça ne fait aucun doute.

Ma note : 20/20

Posté par Tatooa à 09:00 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , ,